Union Nationale Lycéenne

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Home

Les lycéens s’opposent à la diminution du nombre de bacheliers voulue par M. Chatel !

alt

Après avoir détruit pendant cinq ans notre éducation, Luc Chatel a fait ce matin des annonces inquiétantes sur le baccalauréat. Après un mandat catastrophique pour l’éducation, le ministre nous a encore prouvé que la réussite de tous n’était pas la priorité de ce gouvernement.

L’UNL refuse des mesures voulant rendre plus difficile l'accès au diplôme

Le baccalauréat sanctionne quinze ans de scolarité en une semaine. Il ne laisse en aucun cas un droit à l’erreur. Mais Luc Chatel, en annonçant la mise en place d’épreuves éliminatoires, va toujours plus loin dans la mise en place d’un système élitiste.

La proposition du ministre entraînera automatiquement une baisse du nombre de diplômés. Ainsi, c’est la réussite de tous qui est mise en péril. Le gouvernement, en imaginant de telles mesures, veut délibérément réduire le nombre de bacheliers, rendant alors impossible la poursuite d’études. Alors que le diplôme est notre seul rempart face à la crise, et que nos perspectives d’avenir sont limitées, l’UNL attend que le gouvernement mette en place une réforme de l’éducation et du baccalauréat permettant à tous de réussir. 

Options, tronc commun : l’éducation doit former un tout !

En créant des notes éliminatoires, la considération de « matières fondamentales » revoit le jour. C’est une hiérarchisation des disciplines qu’organisera Luc Chatel, alors que le baccalauréat et l’éducation doivent constituer un tout. L’UNL demande à l’inverse de favoriser les projets interdisciplinaires et de décloisonner ainsi les matières.

Luc Chatel veut supprimer le système faisant que les options facultatives ne peuvent qu’apporter des points aux candidats du bac. Vouloir supprimer ces bonus, c’est en finir avec les options, car leur objectif est bien pour l’élève de réussir dans un domaine qu’il souhaite approfondir et non de le pénaliser. Derrière cette mesure, c’est une fois de plus le but de faire des économies que cache le ministre. Nous refuserons que les lycéens paient encore une fois les pots cassés de la crise !

L’UNL demande une réforme en profondeur du baccalauréat ! 

Une réforme du baccalauréat ne peut se faire sans une refonte complète de l’Education. L’UNL, premier syndicat lycéen, porte donc un projet global permettant la réussite de tous et non de quelques uns. La mise en place d’épreuves partielles en milieu de première et de terminale permettrait ainsi  plus d’interdisciplinarité et évaluerait  tant les connaissances que les compétences des élèves.

Les lycéens souhaitent une réforme en profondeur permettant le droit à l’erreur et à la réussite de tous.

L'UNL, porte parole, des lycéens sera donc vigilante, et ne saurait accepter que le ministre n’écoute pas les lycéens pour une question aussi importante que celle du bac !

 
Bannière